Un blog pour quoi faire ?

Après 20 années de secrétariat général au MDES, j’ai l’opportunité de pouvoir exprimer un point de vue personnel relativement pertinent sur le monde, notamment sur notre pays la Guyane. la suite...

Facebook

Rencontre à Kourou

16 juillet 2014 de Maurice Pindard
lever de soleil montloly

Rencontre du Blog Idéal Guyane à Kourou

La troisième réunion publique s’est tenue le jeudi 10 juillet 2014 à la Médiathèque de Kourou. Nous avions tardé un peu du fait de la période électorale de Mars-Avril, puis nous avons convenu  » d’accélérer le pas ».
Entre 20 et 25 personnes participaient à l’échange. De différents milieux et différentes origines.
Pour entrer dans l’ambiance Abdul nous proposait la prestation d’ un jeune artiste, Baron, qui interpréta trois compositions, Organisation, Péy-a an danjé, Resté pozitif. Sous les applaudissements du public conquis.
Maurice développait le thème de la conférence en prenant appuis sur les sujets publiés dans le Blog, concernant l’idéal et le rêve. Au préalable il avait « planté une parole » : ce pays est à nous tous, aimons le, respectons le, construisons le ensemble. Il détaillait le message de l’Hymne à la Communauté de Destin Guyanaise et invitait l’assistance à contribuer au débat.
La participation était très bonne, chacun voulant donner son point de vue sur la situation du pays et sur l’invitation à « rêver la Guyane ».
Un intervenant fit carrément un exposé sur les méfaits de la mondialisation et de la technologisation sur les comportements humains notamment des jeunes.
On insista sur l’éducation et la transmission des valeurs et des références propres aux élèves, à leur histoire et géographie amazonienne, l’éducation à l’environnement.
Une internaute s’était déplacée pour exprimer son rêve d’un pays où chacun aurait sa place dans une construction commune.
Baron rêve d’un pays dans lequel aurait disparus les préjugés sur l’apparence ou le niveau social.
Une amie des Antilles pose la question du fond commun qui permettrait que tous les guyanais se reconnaissent en tant que tels.
La question autochtone est abordée avec l’idée que les langues véhiculent une culture et devrait être apprises par tous afin de favoriser la compréhension entre les composantes guyanaises.
Les uns et les autres apportaient leur expérience personnelle, donnaient leur avis, et faisaient part de leur aspiration.
Il a fallut interrompre les échanges, il se faisant tard.
De l’avis général, il faudrait que l’on revienne à Kourou, pour prolonger et élargir le débat.
Des encouragements à poursuivre la route…

Réagir

Post a Comment

Your email is never published or shared. Required fields are marked *

  1.