Objectif à construire : notre pays

1 novembre 2021 de Maurice Pindard

Le long chemin que nous avons entrepris sur Internet et dans le pays par l’intermédiaire du blog Idéal Guyane depuis mars 2012 arrive à une étape décisive, en cette fin d’année 2021. Soit quasiment 10 ans. Moment capital parce que le mouvement que nous avons initié s’est principalement développé sur internet et que maintenant il sera essentiellement dans le concret.

Nous avons animé deux rubriques. L’une faisait le point sur l’actualité, l’autre entamait une réflexion à caractère philosophique.

C’est ainsi que j’ai proposé aux internautes de cheminer avec moi selon quatre étapes, « De l’Idéal au Rêve, du Rêve à l’Objectif, de l’Objectif à la Réalité ».

J’ai commencé en rédigeant des articles sur le premier thème difficile de l’Idéal. C’était le premier tronçon du chemin que je proposais. Une douzaine d’articles explorent différents éléments : Notre Réalité de terriens, plongés dans une Compétition entre les vivants, munis d’une Conscience individuelle et collective, capables de choisir de ne pas subir pendant le Temps passé sur terre ; A la recherche de la Vérité et de la Justice pour vivre des espaces de Paix et s’approcher du Bonheur; Avoir conscience de la Jalousie qui peut nous aveugler, de la Méchanceté qu’il faut éliminer, de l’Egoïsme aux deux facettes, du rôle puissant de l’Amour qu’il faut savoir contrôler ; Les Contradictions de la vie, l’importance de la Pratique, une Méthode et une Démarche pour comprendre les situations et les transformer. Il fallait jeter quelques bases de la réflexion fondamentale pour envisager de continuer la route ensemble.
Un livret a été édité qui reprenait tous les articles et nous avons commencé une tournée dans le pays d’Est en Ouest. Rémire-Montjoly en novembre 2013, Saint Laurent du Maroni en février 2004, Kourou en juillet de la même année, Maripasoula et Papaichton en Janvier 2015. Le thème des conférences était : « De l’idéal au Rêve ».
Ces échanges nous ont permis de constater que le projet du blog était bien perçu par l’assistance. C’était un encouragement à poursuivre.

J’ai donc continué à écrire en développant le thème du Rêve : Sa Réalité, son Sens et sa Force. Puis progressivement j’ai voulu y associer les internautes qui ont répondu favorablement en me faisant parvenir leur Rêves de Guyane. Trois longues années se sont écoulées, 2016, 2017 et 2018, durant lesquelles l’essentiel des échanges se faisait sur internet. Dans le même temps des évènements politiques importants ont focalisé l’attention de l’opinion publique, la première élection à la CTG en décembre 2015, le grand Mouvement de Mars et Avril 2017 ainsi que les élections législatives qui se tenaient juste après. Nous continuions de recevoir plusieurs contributions sur le net et nous les avons réunies aux cotés des articles du Blog dans un second livret. Ce qui nous conduisait à reprendre les conférences dans le pays.
C’est ainsi que nous avons repris un nouveau cycle d’échanges sur tout le territoire. Iracoubo en juillet 2019, Awala Yalimapo en Août , Grand Santi en septembre et Roura en Octobre 2019 avec pour thème, cette fois là : « Du Rêve à l’Objectif ». Il s’agissait d’ouvrir ensemble les yeux sur un objectif à réaliser, après avoir partagé nos rêves soutenus par un idéal commun. Ces rencontres ont permis à l’assistance de dire encore ses souhaits, ses visions pour notre territoire. Avec la conviction que nous pouvions nous les réaliser.

L’épidémie du Covid 19 nous a contraint d’interrompre nos tournées dans le pays. Entre temps nous avons structuré notre dynamique en créant l’Association Idéal Guyane (AID) et nous avons décidé de voyager dans le pays par l’intermédiaire d’internet. Nous avons donc tenu 5 Visio conférences au cours des mois de Mars et d’Avril 2021 avec à chaque fois un focus sur les grandes région de Guyane : Pays des Savanes, Haut Maroni, Bas Maroni-basse Mana, Région de l’Est et enfin le Centre littoral. Là encore les contributions des uns et des autres précisaient davantage les contours de la vision du Pays que nous souhaitions.

Aujourd’hui, rassemblés autour d’un même idéal dont le fil rouge est l’Emancipation, après avoir partagé tant de rêves de Guyane, nous sommes en mesure de dessiner notre objectif commun.
Il s’agira ensuite de passer de l’Objectif à la Réalité, fin de notre parcours.

Dans la dernière conférence « en présentiel » à Roura le jeudi 17 octobre 2019, nous écrivions dans le document remis aux participants :
« Ainsi, lorsque l’on s’inspire des rêves qui ont été donnés en exemple plus haut, on envisage :
un pays entier qui siège à l’ONU, intégré dans une Union des Guyanes, avec une jeunesse formée qui travaille, une santé performante et autonome, des Moyens de communication modernes comme le train ou les hydroglisseurs, une université qui accueille tous les étudiants qui le veulent, où les langues du pays sont parlées par tous et où les ponts sur les routes principales sont à deux voies »

Aujourd’hui, nous pouvons étoffer cette vision, la détailler, et la planter devant nous comme un but à atteindre, notre Objectif. C’est ce que nous détaillons, ci après.

Ce sont, pour ainsi dire, les caractéristiques du pays que nous voulons construire.

Les langues.
Leur emploi est généralisé. Les langues sont étudiées dès la maternelle jusqu’à l’université. Elles sont encouragées dans le cercle familial par les parents et à l’école. Les anciens sont la ressource vivante de nos langues.

L’aménagement du territoire.
Il est réalisé en toute autonomie. Les routes principales maillent les bassins de vie, elles ont des ponts à deux voies. Les pistes en terre relient tous les bourgs. Les citoyens ont accès à la terre, pour construire leur maison, pour créer des villages. Les services public sont répartis sur tout le territoire.

Les moyens de communication et de déplacement.
Il y a des trains, des hydroglisseurs sur les voies maritimes et fluviales, des hélicoptères et avions pour une déserte régulière des biens et des personnes et disponibles pour les urgences. Les déplacements dans le pays permettent des échanges entre les populations et les territoires. Ils font évoluer notre perception de l’espace, du temps et des populations. Nous avons donc un territoire accessible et désenclavé avec des ponts pour relier les espaces, des routes, des pistes.

La santé
Le pays possède des hôpitaux sur tout le territoire, des hôpitaux internationaux à St Georges et St Laurent avec une instance locale capable de gérer le tout en toute autonomie. Sans oublier les petites structures comme les dispensaires de proximité. Des Maisons de retraite sur plusieurs hectares avec bungalows formant un village où les ainées vivent tranquillement avec médecin, infirmier, masseurs etc.

L’éducation et la formation
Nous avons une université avec tous les cycles de base sur place pour que les étudiants ne soient pas obligés de s’expatrier pour étudier, avec des antennes sur tout le territoire. Nous avons une école où les enfants apprennent l’histoire vraie de leur pays. Les écoles, collèges (dont celui de Taluen) et lycées sont répartis dans tout le pays pour que les élèves ne soient pas obligés de quitter leur famille pour étudier. Ainsi tous nos enfants sont scolarisés. Nous avons des filières d’ingénierie, de sciences et d’administration au plus haut niveau. Nous avons conçu une formation basée sur nos besoins avec une université populaire pour l’insertion et l’activité dans tous les domaines afin que les besoins soient satisfaits.

L’information
Chacun connait sa propre histoire, l’histoire de l’autre et l’histoire du pays. Les médias soient animés par des gens qui nous ressemblent avec des programmes qui nous ressemblent. Culture et histoire tous les jours afin que nos enfants connaissent leur histoire et culture.

La jeunesse
Elle a accès à la formation, à l’activité et au travail. La pratique de l’abattis fait partie des apprentissage menant à l’activité.

L’emploi
Notre jeunesse est diplômée et travaille sur place dans tous les domaines économique, culturel et administratif.

L’organisation interne
Notre pays est un pays entier, auto administré, auto gouverné et responsable.

L’organisation internationale
Nous sommes un pays de 500 000 habitants, membre de l’Union des Guyanes, entité économique et politique amazonienne qui rassemble le Guyana, le Surinam et la Guyane. Un pays qui siège à l’ONU. Nous avons des frontières de chaque coté desquelles les enfants ont les mêmes chances d’apprendre et de travailler. Ce sont des bassins de vie. Des moyens de déplacements modernes relient les 3 Guyanes.

L’habitat
Les habitants ont accès à un terrain où ils peuvent construire leur maison avec un jardin. Ceux qui le veulent ont accès aussi à un terrain plus grand qu’ils peuvent cultiver pour leur consommation propre. Les habitants peuvent créer des villages, vivre dans la nature et non pas dans des logements l’un sur l’autre.

La mentalité
Les citoyens ont une attitude mentale et des modes de penser libérés, positifs, visant à faire et à construire. Ils osent rêver et croire en leurs rêves puis ils osent les réaliser. Ils agissent avec sagesse, empreints de sentiments d’amour pour le pays. Chacun fait un peu dans l’intérêt général. Il y règne cordialité et bon voisinage. Nous avons éliminé la peur qui est un stigmate de l’esclavage. Les habitants prennent des responsabilités dans leur commune sans distinction de bord politique. Ils ont des projets, des choses à raconter, ils montent leur projet et le réalise. Ils prennent des initiatives. Dans ce pays sont mis en avant respect, amour de soi et des autres.

L’alimentation
Elle est basée en priorité sur ce que le pays produit

La culture
Chacun connait la culture de l’autre. Les peuples de Guyane s’unissent pour une culture commune. Il y a des musées qui sont des outils de diffusion du savoir et de la connaissance. Des aquariums pour observer notre diversité biologique. Ces activités culturelles procurent des emplois, animateurs, directeurs, ingénieurs, chercheurs. Par exemple la Réserve de Kaw dont les habitants en sont les gardiens.

Participation des citoyens aux décisions
Les changements sont imaginés par les habitants eux-mêmes. Il y a des consultations populaires locales et concernant les décisions pour la Guyane.

L’unité du peuple
Tous les peuples de Guyane sont unis dans un seul peuple riche de sa diversité. Ils connaissent l’histoire des uns et des autres et chacun connait sa propre histoire. Le pays étant aménagé, les citoyens se déplacent pour se connaitre, dormir dans la case de l’autre, dans son hamac. Les habitants non originaires s’intègrent sans difficulté.

Repeuplement des communes
Il y a davantage de résidents qui y habitent et les natifs y retournent vivre.

La vie quotidienne
La cordialité et le bon voisinage sont la règle. Les habitants réalisent des aménagements simples et pratiques qui favorisent l’échange, pour se retrouver, faire vivre les espaces, se rencontrer, se parler. Ils communiquent à leurs enfants l’histoire de l’évolution du quartier, du village, de la commune. Ils leur transmettent leurs rêves pour qu’ils les réalisent.

Les anciens
Ils soient mis en situation de transmission de leur savoir dans des maisons de savoir.

Le développement économique
L’élevage d’animaux sauvages est pratiqué, l’agriculture, les mines à échelle humaine avec retombées pour le pays. Il y a des tradi pharmacies dans chaque commune avec fourniture de remèdes et formation des jeunes. Les marchés dans chaque commune sont florissants. La banque de Guyane et les banques de développement accompagnent la création d’entreprise et la réalisation des projets.

Ami Blogueur, Il s’agit donc d’un pays nouveau où il fait bon vivre. Un pays entier, en tant que tel et sans tutelle.
Par exemple dans notre pays il n’y a pas d’ONF, mais un Office Guyanais de la Forêt avec un personnel local à tous les niveaux. Il n’y a pas d’ARS, mais une Agence Guyanaise avec un personnel local à tous les niveaux. Il n’y a pas de préfet. Il y a un Gouvernement, un Président, une Assemblée Nationale Guyanaise. Les représentants du gouvernement qui officient dans nos régions ou provinces sont guyanais.

Peuple de Guyane, la vision que nous avons de notre objectif à construire est ambitieuse. Elle est à la hauteur de nos rêves de Guyane et à la hauteur de notre idéal d’Emancipation. Sans barrière ni complexe.

Il s’agit maintenant de se mettre en marche pour atteindre ce but. Cela prendra du temps, il faudra en prendre le temps.

Puis basculer dans la Réalité, fin de notre parcours et début d’une grande aventure.

Réagir

Post a Comment

Your email is never published or shared. Required fields are marked *

  1.