Un blog pour quoi faire ?

Après 20 années de secrétariat général au MDES, j’ai l’opportunité de pouvoir exprimer un point de vue personnel relativement pertinent sur le monde, notamment sur notre pays la Guyane. la suite...

Facebook

Bilan des 5 Visio conférences Idéal Guyane. Du Rêve à l’Objectif.

13 mai 2021 de Maurice Pindard
vizyo3

La pandémie nous empêchait de terminer notre dernier cycle de conférences dans le pays en 2020.
Après Iracoubo, Awala Yalimapo, Grand santi et Roura en 2019, nous avions prévu, avec un rythme soutenu, de passer dans toutes les autres communes du pays en terminant par les grandes villes, fin 2020.
Devant l’impossibilité de circuler, nous avons imaginé une série de 5 Visio conférences Idéal Guyane avec à chaque fois un focus sur une grande région du pays. Ces échanges étaient diffusés simultanément sur la page Facebook «  Maurice Pindard le Blog ». Les vidéos sont encore accessibles.
Les Visio conférences commençaient par le mot de bienvenue du président de l’Association Idéal Guyane récemment créée, Rodrik Goffic. Puis une présentation diapo de la région qui mettait en lumière, la géographie physique et humaine ainsi que les atouts du territoire. Suivaient le clip d’un artiste et l’interview d’une association appartenant tous deux au territoire concerné. Ensuite, Maurice Pindard exposait le thème, « Du Rêve à l’Objectif » pendant une vingtaine de minutes, suivi d’un échange d’une petite demi-heure avec les internautes. Entre 20 et trente internautes étaient connectés, sans compter ceux qui suivaient sur la page Facebook.

C’est ainsi que le 4 mars 2021 nous avons fait un focus sur le Pays des Savanes : Kourou, Sinnamary, Saint Elie et Iracoubo. La modératrice était Cindy Pollux et c’est d’ailleurs elle qui réalisa les 5 présentations diapo des grandes régions. Nous la remercions chaleureusement. L’artiste invité était Lexios qui ne pouvait malheureusement pas se connecter mais nous avait autorisé à diffuser la chanson qu’il avait interprétée pour l’anniversaire de ses trente ans de carrière, dont le titre est « les Hommes du pays des savanes ». Le Chef Louis, du village Kuwano de Kourou, présentait son association dans une vidéo pré enregistrée.
La première partie de la conférence revenait sur un aspect de l’Idéal : Kimoun nou sa. Notre existence de terrien et le choix que nous pouvons faire de ne pas subir pendant le court moment passé sur terre. Ensuite, dans la deuxième partie, le thème général replaçait le débat sur la transition du Rêve à l’Objectif. Les échanges étaient intéressants.

Dans les contributions qui se sont exprimées, les internautes ont souhaité,

* Que tous les habitants de Guyane vivent dans une maison avec un jardin, cultivent et produisent pour leur consommation propre.
* Pouvoir faire un aller-retour Cayenne St Laurent un vendredi soir pour participer aux manifestations culturelles sans avoir à faire 6 h de route. C’est l’évocation d’une voie ferrée.
* Que tous les guyanais se rassemblent pour que le pays sorte de la tutelle française et se prenne en charge
* Que l’on donne un peu plus de reconnaissance aux étudiants guyanais. Il y a une fuite cerveaux. Il faudrait préserver la jeunesse guyanaise en favorisant les études en Guyane.
* Que nous fassions un rêve de dignité, pour réactualiser nos attitudes mentales et nos modèles de pensée basés sur un mode de rapports de force alors que le modèle de pensée systémique et constructiviste est plus pertinent.
* Que l’on puisse se soigner en Guyane et aller à l’hôpital sans avoir peur.
* Que notre idéal guyanais soit que la population se développe sainement, avec des soins corrects, une autosuffisance alimentaire, une éducation tournée vers notre territoire. Que nous puissions garder nos cerveaux sur le territoire avec le développement de filières d’ ingénierie, de sciences et d’administration au plus haut niveau.
* Que la formation soit basée sur nos besoins
* Que nous favorisions l’université populaire pour l’insertion et les activités dans tous les domaines afin que les besoins de base soient satisfaits.
* Pour finir un participant a voulu souligner l’importance d’oser rêver et a indiqué que la deuxième étape est de croire en ses rêves et d’oser les réaliser. Il souhaite que cet échange provoque un déclic pour aider à faire de véritables rêves, car aujourd’hui nous rêvons de choses qui sont habituelles dans les autres pays.

Le 12 mars le focus était sur le Haut Maroni, Maripasoula, Saul, Papaichton et Grand Santi. L’artiste était wayana Boy et le Collectif A Kiing fu a Liba, la propreté du fleuve. Dans la première partie le conférencier continuait sur l’Idéal en mettant en lumière les grandes idées qui pouvaient nous inspirer dans notre choix de terrien : la Vérité, la Justice, La paix, le Bonheur. La deuxième partie ne variait pas. Dans les échanges nous étions particulièrement heureux d’avoir en ligne le Collectif qui fit des révélations importantes sur la situation sur le Haut Maroni. Nous avons retenu les participations qui suivent.

* Visiter le pays nous fait voir que c’est nous qui appartenons au pays et non le territoire qui nous appartient. Cela permet de changer la perception de l’espace et du temps.
* Pouvoir se rendre plus facilement dans les communes de l’intérieur, dans un territoire plus accessible et désenclavé.
* Un changement global pour le pays. Le rêve c’est que tout le monde soit bien mais le plus important est de savoir comment y arriver.
* Que chacun puisse aller vers l’autre pour construire la Guyane. Que les peuples de Guyane s’unissent pour une culture commune.
* Si on ne rêve pas, on limite l’intérêt de nos ambitions. Le rêve est libre, nous n’avons pas de contrainte, sans limite. Il faut rêver avant, après nous pourrons aller au maximum de nos réalisations.
* Rêve d’une liaison terrestre route ou train de Maripasoula à Cayenne via Saül et Bélizon.
* Rêve d’un changement de la commune de Maripasoula imaginé par ses propres habitants. Rêve d’une vie moins chère à Maripasoula. Souhaite une consultation populaire pour les décisions concernant la Guyane.
* Pouvoir circuler plus librement et plus facilement dans le pays. Ne pas voir à minima mais voir grand avec un pont suspendu, un train énergiquement autonome et vitré passant au dessus de la forêt. Permettant de faire du fret en réduisant les coûts.

Le focus sur le Bas Maroni, Basse Mana a eu lieu le 19 mars 2021. Il s’agit des communes d’ Apatou, de Saint Laurent, de Mana et d’ Awala-Yalimapo. Nous avions sollicité l’artiste Justin Deumil qui avait spécialement composé un morceau dédié au thème de la conférence. Le modérateur était Claudrey Ribéiro. L’association ASFAL, A Steng Fu A Liba ( la voix du fleuve) avait enregistré une vidéo dans laquelle son porte parole présentait leurs activités. La première partie de la conférence insistait encore sur un aspect particulier de l’Idéal, ces sentiments qui peuvent nous empêcher de construire ensemble : la jalousie, l’égoÏsme et la méchanceté ; Ou nous y aider, l’amour. Des visions ont été partagées.

* Pouvoir parler toutes les langues du pays et qu’elles soient étudiées de l’école, à l’université.
* Savoir réagir face à des personnes qui sont animées par la méchanceté. Dépasser ses sentiments contre celles et ceux qui sont néfastes pour le pays. Savoir agir et réagir comme quelqu’un de sage.
* Espérer faire un pas vers notre idéal, même si nous ne le verrons pas de notre vivant.
* Que l’amour du pays nous motive face aux politiciens qui maltraitent le pays.
* Que les langues soient apprises non seulement à l’école, mais d’abord dans le cercle familial. Encourager les parents à parler leur langue à leurs enfants et l’encourager aussi dans l’école.

Le 26 Mars nous avons fait un focus sur la région de l’Est, Camopi, Saint georges, Ouanary et Régina. L’artiste invité était Teko Makan, qui avait permis de passer un de ses clips vidéo et l’association Le Germe dont nous avons passé un extrait d’un reportage télé. La modératrice était Anaëlle Metzger. Le conférencier a indiqué qu’il concluait le vaste thème de l’idéal sur les clefs que nous ont laissé ceux qui ont marché avant nous, l’importance de la pratique, l’omniprésence de la contradiction et la démarche du matérialisme dialectique. Teko makan était connecté et a éclairé l’auditoire sur les difficultés de la commune enclavée de Camopi. Au cours de la discussion qui a suivi, des souhaits, des rêves ont été exprimés.

* Faire de nos rêves une réalité, voici un bel objectif de vie.
* Que tous les peuples de Guyane soit unis (peuples autochtones, créole, businenge, etc). Quand ils seront unis on pourra tout faire. Arrêter de dire j’étais le premier, tu es arrivé après etc..
* Que nous ayons des hommes politiques visionnaires pour le pays.
* Une Guyane où chacun connait son histoire, chaque entité connait sa propre histoire. Que n’importe quel enfant puisse raconter l’histoire de son pays.
* Que tout le monde se sente concerné par l’avenir du pays et que chacun fasse un peu.
* Une Guyane où chacun connait l’histoire de l’autre et essaye de le connaitre. Dormir dans la case de l’autre, dans son hamac.Ca commence par les parents dans la maison et les profs à l’école.
* Une route de Camopi vers St Georges et Maripasoula
* Pouvoir vivre dans la nature comme tout amérindien et non pas dans des logements l’un sur l’autre
* Apprendre la vérité à nos enfants, sur notre histoire.
* Une Guyane où les hélicoptères récupéreraient systématiquement les malades sur le fleuve.
* Une Guyane ou l’on peut construire un village sans une autorisation qui vienne de France.
* Une Guyane où les enfants ne sont pas obligés de quitter leur famille pour étudier.

La dernière Visio conférence s’est tenue le 2 avril avec un focus sur le centre littoral, Roura, Montsinnéry-Tonnégrande, Macouria, Matoury, Rémire-Montjoly et Cayenne. Madame Pollux revenait modérer la conférence. L’artiste était Tchosin qui nous a autorisé à passer un de ses clips et c’est l’association Les flamboyants qui a présenté ses activités. Le conférencier donna des explications sur la réalité du Rêve, son sens et sa force avant de replacer le thème général de cette dernière série de conférences qui nous faisaient quitter le Rêve pour commencer à dessiner notre Objectif. Les participants ont rêvé :

* D’un train pour la Guyane.
* DE construire notre unité ensemble.
* D’un hôpital sur le haut Maroni, un collège à Taluen pour que les familles ne soient pas séparées.
* D’une frontière où les enfants de chaque bord auraient les mêmes chances.
* D’avoir des idéaux, des rêves et des objectifs afin d’essayer de les atteindre.
* Que les conférences touchent davantage de monde.
* Quand on rêve on est mieux armé pour se battre contre la résignation.
* Il faudrait faire ces conférences en direction de la jeunesse, des syndicats, des associations
* Changer le regard des autres sur la Guyane.
* On réapprend à rêver grâce aux conférences.
* Un seul bloc avec la Guyane, le Surinam et le Guyana.
* Pour avoir une vision commune il faut aussi partager des expériences communes, se déplacer ensemble dans le pays.
* Entreprendre des projets made in Guyane avec le soutien des institutions

Nous avons remercié toute l’équipe qui nous a permis de réaliser ces 5 moments de partage malgré les temps de restrictions des déplacements. Il nous revient de faire la synthèse de toutes les rencontres que nous avons eu depuis le début de notre aventure et plus spécialement au cours des 5 dernières années. Il s’agit de formuler l’objectif commun qui se dessine…

Réagir

Post a Comment

Your email is never published or shared. Required fields are marked *

  1.