Un blog pour quoi faire ?

Après 20 années de secrétariat général au MDES, j’ai l’opportunité de pouvoir exprimer un point de vue personnel relativement pertinent sur le monde, notamment sur notre pays la Guyane. la suite...

Facebook

Encore une agression de l’état français contre les peuples autochtones de Guyane

12 août 2014 de Maurice Pindard
DSC00283

Que s’est-il passé sur la place des palmistes de Cayenne ce 10 Aout 2014 ?
Il s’y tenait la 4ème édition des Journées des peuples autochtones de Guyane. Il y avait plusieurs stands qui exposaient les objets artisanaux confectionnés traditionnellement avec des graines des bois, des os, dents et plumes d’animaux de la forêt.
Brusquement des agents de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS), (il parait qu’il y avait aussi des douaniers et les services vétérinaires !) ont débarqués sur la place et ont voulu saisir des objets fabriqués par des exposants paykweneh (palikur) de Trois Palétuviers (Oyapock). Parce que ces produits auraient été réalisés avec des plumes et des dents d’animaux interdits de chasse ou de commercialisation !!
Ce n’est pas la première fois que des agents des services français font ce genre d’intervention ?
Non, à St Laurent déjà, lors de la foire artisanale de 2013, ils avaient emportés les produits d’un artisan parce qu’il était orné de plumes d’oiseaux. Les amis mécontents avaient dû aller récupérer les objets à la gendarmerie. Les gens avaient protesté, nous avions fait un article sur le blog idéal Guyane.

Et à Awala –yalimapo aussi ?
Là, ils avaient menacé de venir saisir les tambours amérindiens pendant l’évènement culturel « La nuit du Sampula ». Le maire avait prévenu qu’ils les attendaient de pied ferme. Finalement, ils ne sont pas venus…
Que pensez-vous de la réaction des exposants de la place des palmistes pendant l’intervention des fonctionnaires de l’ONCFS ?
La réaction a été exemplaire ! Ils se sont solidarisés avec les victimes de l’agression officielle française et ont exigé que les objets confisqués soient remis tout de suite à leurs propriétaires. Ça a chauffé, on était au bord de l’affrontement. Les agents de l’état ont été obligés de rendre les objets. ils ont quand même dressé des procès-verbaux pour traduire les « auteurs du délit » devant les tribunaux !!
Les organisations, associations présentes pour la manifestation ont-elle réagit, elles aussi ?
Elles ont apporté leur soutien total, de même que la population autour des stands. Elles ont tenu une conférence de presse pour protester contre l’humiliation infligée aux artisans, aux peuples autochtones et au peuple guyanais en général. J’ai discuté avec plusieurs personnes qui étaient particulièrement choquées et indignées. Des exposants ont menacé de « prendre leur flèches » pour se défendre. La dignité du peuple a été atteinte et la colère était palpable.
Qu’a dit, qu’a fait l’organisateur de ces journées des peuples autochtones ?
Le président de région ? Les exposants lui ont fait part de leur indignation et lui ont demandé de réagir. Ce qu’il a fait par un long communiqué cité par les médias et repris sur le site internet de la Région Guyane. « Il dénonce avec force et sans réserve cette opération de répression ». « il déplore une opération aveugle, brutale et sans discernement ». Il précise que « les lois de la république doivent savoir s’adapter aux spécificités des amérindiens ».
Mais, est-ce que Rodolphe Alexandre ne se trouve pas dans la situation de l’arroseur arrosé ? C’est bien lui qui avait appelé à voter pour l’article 73, l’application stricte des lois françaises en Guyane ??
Il y a deux aspects à considérer.
D’abord le fait que les guyanais, les peuples autochtones notamment, ne sont pas reconnus en tant que tels. Pour la France, nous n’existons pas. Notre identité est violée tous les jours au nom des principes de base de la colonisation. En Guyane, il y a des roches, des plantes, des animaux et des gens, des individus sans identité propre. C’est cette position coloniale de principe qui fait que les décisions sont prises sans concertation avec les populations concernées. Et quand c’est fait, comme pour la chartre du parc amazonien, c’est un simulacre dans lequel on zappe la position des chefs coutumiers et l’on s’appuie sur des délibérations des conseils municipaux dans lesquels siègent des représentants ou salariés du Parc même !!
Ainsi les lois et règlements sur la chasse, la pèche ou concernant les relations des guyanais avec leur environnement ne tiennent pas compte du point de vue des associations guyanaises. On nous impose des règles dont le contenu est pensé ailleurs ou par des fonctionnaires de passage étrangers aux réalités de terrain.
Les élus de Guyane, pour leur majorité, prennent l’habitude d’accepter d’être traités comme des sous-élus, des élus colonisés. Les administrations de l’état contrôlent en amont et en aval les administrations de nos collectivités, même celles dites majeures. Ils cautionnent donc, de fait.

Le deuxième aspect concerne le personnage Alexandre lui-même. Il faudrait un livre entier pour en parler tant son parcours politique mérite que l’on s’y attarde. Dans le cas précis des journées autochtones, nous avions salué cette initiative qu’aucun président de région n’avait prise avant lui.
Mais, là encore, suivant les pratiques de ses maitres français, les choix de date, de monuments, de formes d’activités des journées autochtones n’ont pas fait l’objet d’un large débat de la part des intéressés, si bien que depuis la première journée, il y a quatre ans, la communauté amérindienne est divisée.
Enfin concernant sa réaction de protestation contre l’agression de l’ONCFS lors des 4èmes journées autochtones, il faut dire qu’ayant été sollicité par les exposants en colère, il leur a apporté son soutien et a condamné la répression des agents de l’état français. C’est bien  ! Mais  il s’agit d’un positionnement d’hypocrisie et de démagogie politique.
En effet, c’est bien lui qui, à force de mensonges grossiers sur la soi-disant perte des acquis sociaux, a trompé l’électorat guyanais en le faisant voter pour l’article 73 de la constitution française en 2010 alors que la majorité des élus et associations représentatives de Guyane demandaient l’article 74 ! Il est donc complice des agressions que subit notre peuple « au nom de la loi ».
L’article74, « pour la défense de nos intérêts propres » nous aurait permis, constitutionnellement, de donner notre avis sur toutes lois et règlements devant s’appliquer en Guyane !! Ce que Rodolphe Alexandre a refusé en créant le mouvement « Guyane 73 » et en surfant sur cette même vague assimilationniste pour les élections régionales de 2012.
Alors quand il « s’indigne » dans son communiqué, c’est de l’hypocrisie et de la démagogie politique.
Bon, vaut mieux ça que rien, mais quand même que pensez-vous de la dernière partie de son communiqué où il traite les amérindiens d’analphabètes, en fin de compte ?
Il dit que parfois les amérindiens ne connaissent pas les lois du fait de leur éloignement, isolement et d’un manque de maitrise de la langue française.  Or ce point de vue est en contradiction avec la position officielle des organisations amérindiennes qui sont très bien au fait des lois et règlement mais revendiquent la légitimité, l’antériorité de leurs pratiques ancestrales. Et c’est là toute l’ambiguïté de certains personnages guyanais dits socialistes, dits de gauche, dits humanistes etc. Beaucoup d’entre eux ont encore une mentalité d’esclave ou de « Nèg Lib » dans le sens où Alidor Mayen l’entendait. C’est-à-dire des nègres que le maitre autorisait à porter un coté de soulier et qui étaient libres d’aller et venir sur l’habitation, sous–entendu pour espionner les autres. De nos jours c’est pour un verre de champagne ou une place d’élu sous tutelle qu’ils méprisent leur peuple et complotent contre lui.
Car finalement, ces pauvres amérindiens sont isolés, ne savent pas bien lire le français et ne connaissent pas bien les lois …. C’est lamentable, indigne !
Et, sur le fond, cela me rappelle l’élu qui me disait dans la rue, à propos du Parc Amazonien : « j’ai desserré la ceinture, je n’ai pas baissé le pantalon »
LAMENTABLE …

Réagir

Post a Comment

Your email is never published or shared. Required fields are marked *

  1.