Un blog pour quoi faire ?

Après 20 années de secrétariat général au MDES, j’ai l’opportunité de pouvoir exprimer un point de vue personnel relativement pertinent sur le monde, notamment sur notre pays la Guyane. la suite...

Facebook

Université de Guyane : Comment la faire avancer?

21 mars 2014 de Idéal Guyane
Le combat pour l'Université Guyanaise

L’annonce dans quelques semaines de l’officialisation de la création de l’Université de la Guyane sera proclamée. Mais le travail reste permanent pour les acteurs qui étaient dans les rues de Guyane pendant plus d’un mois à scander, expliquer, réclamer cette université indispensable pour l’avenir du pays. Depuis Novembre 2014, comment les choses ont-elles évoluées, quelles sont les étapes qui ont été franchies et quelles sont celles qui nous attendent ? Maurice Pindard qui avait mené, sur Kamakuli, l’action sur le terrain avec l’union locale UTG répond aux questions du blog.

Le blog : Maurice Pindard il nous a semblé à un moment que l’administratrice provisoire de l’UA voulait « boublou » ceux qui avaient lutté pour cette université. Est-ce votre avis ?

 Maurice Pindard : Il faut chercher le bloublou plus « haut ». Quand les autorités françaises signent un protocole d’accord, par exemple sur la création d’une université de plein exercice, elles ont plusieurs longueurs d’avance. Une équipe de spécialistes travaillent autour du ministre, en France, avec comme fil rouge,  » ne pas faire de cette structure nouvelle une vraie université opérationnelle tout de suite ».  La ministre cherche en même temps à ménager les Antilles. C’est dans ce sens qu’il faut interpréter les dispositions prises par l’administratrice que se réfère d’abord aux orientations du ministre et après au protocole d’accord. Son second, Forestier, qui sera probablement le responsable provisoire de la future université a évoqué une phase de transition de 5 ans, dans une structure expérimentale !Bref, la substance de l’accord a été gommée. Ce qui était prévu par les experts français, dès le début.

Le blog : Cette université dont la portée rejaillira sur toute la Guyane, a-t-elle la même importance pour tous car  au regard des programmes pour les municipales, pas grand monde ne semble inclure une corrélation avec elle ? 

 Maurice Pindard : Pour qu’un candidat mette dans son programme la création d’une université de Guyane, il faut qu’il se projette au delà d’un programme de campagne électorale pour les municipales. Cela implique une vision politique à la dimension du pays et non restreinte aux prérogatives légales d’un maire. J’ai entendu par contre plusieurs candidats du nord ouest évoquer la nécessité d’un pôle universitaire dans cette région. Cela reflète la situation d’isolement et d’abandon de cette zone, il y en a d’autres aussi, par rapport à la capitale située à 25O km.

 Le blog : Parmi les étapes à venir, pouvez-vous nous faire une projection ?

 Maurice Pindard : IL faudrait que les instances guyanaises, à commencer par les étudiants, universitaires, personnels et parents , continuent à faire fonctionner les débats qu’ils ont eu pendant la grève afin de déboucher sur des propositions d’organisation et de contenu adaptés à notre pays.

IL faut de plus que les autorités politiques de Guyane valident ces propositions .

Il faudra ensuite opposer à l’administration française un front commun, en matière d’exigences pour la nouvelle université et en matière de moyens d’action pour obtenir satisfaction.

De son côté, la partie adverse, les autorités françaises, va essayer de dérouler son plan et il y aura opposition entre les deux camps.  C’est à ce momment-là que le front commun aura toute sa pertinence…

Le Blog : pendant la grève pour l’université, les étudiants et lycéen de St laurent du Maroni ont réclamé un pole du nord ouest, qu’en est-il?

Je suis assez content de voir qu’ils n’ont pas oublié leur revendication et qu’ils ont constitué un attelier de travail, sur place, en relation avec l’intersydicale de Cayenne. Ils leur ont envoyé leurs premières propositions de filières et d’organisation pour un PUNOG, Pôle Universitaire du Nord-Ouest Guyanais. La réponse du responsable de Cayenne vient de leur parvenir et ils devront se réunir dans les prochains jours pour approfondir leur réflexion. Je leur souhaite de garder intact leur dynamisme et de renforcer leur contribution.

Propos recueillis par le blog.

Réagir

Post a Comment

Your email is never published or shared. Required fields are marked *

  1.