Un blog pour quoi faire ?

Après 20 années de secrétariat général au MDES, j’ai l’opportunité de pouvoir exprimer un point de vue personnel relativement pertinent sur le monde, notamment sur notre pays la Guyane. la suite...

Facebook

Inondations : à qui la faute ?

29 mai 2013 de Idéal Guyane
Parapluie

La saison des pluies est là, mais contrairement aux autres années elle fait beaucoup de dégâts. Sur tout le littoral de Cayenne à Saint-Laurent du Maroni, des inondations inhabituelles par leur importance. La nature est-elle la seule responsable ? Quels est le rôle des politiques dans tout cela ? La population a-t-elle une responsabilité dans les inondations ? Les structures d’état dirigées par les hauts fonctionnaires ont-ils fait ce qu’il fallait pour éviter aujourd’hui et demain ces inondations qui deviennent de plus en plus dramatique. Beaucoup de questions pour Maurice Pindard.

1°) La Dengue, le SIDA, la Drogue, l’Alcool, l’Échec Scolaire, le Suicides de Jeune et maintenant des inondations telles que nous n’avons jamais connues, depuis quelques années la Guyane semble être touchée par la main du diable, y croyez-vous ?

Nous avons tous les mauvais records, c’est vrai ; mais je ne crois pas que le pays soit maudit, ce sont les hommes qui font un pays. Même quand la nature est rebelle les hommes ont appris à vivre avec elle et à se protéger.

En Guyane, nous sommes un pays d’eau, de rivières et de pluie. De plus sur le littoral il y a aussi l’influence de la mer, de la marée.

Nous avons l’exemple de communes qui étaient souvent inondées dans certaines zones et qui ne le sont plus parce que des aménagements ont été faits. C’est le cas à Rémire.

Les inondations de ces derniers jours ont toutes une cause, souvent humaine. Ce n’est ni une fatalité ni une malédiction.

A Soula par exemple, tout le monde voit bien que ce sont les constructions nouvelles sans équipements adaptés pour l’évacuation des eaux pluviales qui sont responsables.

On sait que les canaux de Cayenne sont maintenant sous dimensionnés et s’engorgent en cas de conjonction des fortes pluies et des grandes marées.

Quant aux prévisions aléatoires de la météo, c’est du grand folklore, excepté pour les tirs de fusée.

2°) L’aménagement du pays se fait-il en harmonie avec notre situation géographique ?

Dans le temps, les ingénieurs s’adaptaient au pays et essayaient de construire en fonction des contraintes naturelles. Nous sommes maintenant dans un système d’irresponsabilité générale.

Les personnes responsables des risques naturels, de la météo, des grands équipements routiers, des grandes  constructions et aménagements sont toutes des personnes extérieures au pays et, de passage. Les directeurs des organismes d’état font quatre ans et repartent. De plus l’action de ces organismes ou administrations est coordonnée par un autre fonctionnaire de passage, le préfet, dont le rôle politique est de couvrir les agissements de l’état. Enfin la doctrine générale appliquée depuis 1946 est celle de l’assimilation ; Il faut donc que les règles et normes européennes s’appliquent. C’est politiquement indispensable pour le maintien du territoire guyanais dans la dépendance multiforme française. Toutes les solutions doivent venir de l’amère patrie et de ses représentants directs sur place. C’est pour cela que lorsque l’on observe la composition des cellules de crises, des comités scientifiques etc., ils sont composés à 95% de français de passage.

Pour toutes ces raisons, le pays ne prend jamais le chemin de l’harmonie avec sa géographie

Pour la catastrophe de Cabassous en 2000, ce sont le préfet, les responsables de la DDE et le BRGM qui avaient pris la décision de boucher une source !! Le procès a été délocalisé pour qu’il ne se passe pas en Guyane ! Ces trois entités ont été reconnues non coupables par le tribunal français !!

Quant aux récentes inondations, on a tous vu l’expert en météo nous raconter qu’on peut prévoir quand il va pleuvoir mais pas quelle quantité va tomber.

3°) Que pensez-vous alors de la décision de faire venir en Guyane une équipe de France pour essayer d’endiguer la dengue autre catastrophe qui sévit depuis plusieurs mois ? Est-ce la même méthode encore employée pour détourner les Guyanais des vrais problèmes de santé qui se posent dans le pays ?

La nouvelle a rassuré quelques personnes. Les médias ont présenté l’arrivée des renforts comme un geste d’aide de la part de la France ou comme un devoir de la patrie envers ses enfants. Mais l’on peut y réfléchir. Pourquoi sommes-nous obligés de toujours devoir attendre de l’aide ? On connait les revendications diverses et multiples des personnels des différentes instances concernée. Malgré tout, la France ne bouge que par à-coup, et toujours dans le sens de l’aide ponctuelle bienfaitrice et providentielle. Pour une maladie aussi endémique que la dengue on pourrait supposer que le pays pourrait faire face s’il était doté régulièrement de moyens suffisants. Cela repose avec acuité la question de pouvoir se prendre en charge soi-même au lieu de toujours devoir dépendre de la main de l’autre.

4°) Je vous repose la question posée il y a déjà quelques semaine : que fait le MDES pour communiquer avec la population de la situation à ce jour ?

Le parti intervient surtout par son expression publique, par communiqué notamment ainsi que par l’intermédiaire de ses élus, notamment dans les grandes assemblées. Le problème est que nous sommes encore minoritaires dans ces enceintes et que notre voix porte peu, pour l’instant. Parallèlement à la voie politique, nos militants interviennent au quotidien dans les associations ou organisations syndicales concernées.

Propos recueillis par JOAN Gilles

Réagir

Post a Comment

Your email is never published or shared. Required fields are marked *

  1.