Un blog pour quoi faire ?

Après 20 années de secrétariat général au MDES, j’ai l’opportunité de pouvoir exprimer un point de vue personnel relativement pertinent sur le monde, notamment sur notre pays la Guyane. la suite...

Facebook

« ki chimen pou nou péy » ?

21 décembre 2012 de Idéal Guyane
Drapeau Guyane

A la Une en Guyane ces derniers jours,  il était question du Parc amazonien, du  Congrès des élus  autour de l’assemblée unique et aussi de l’allégeance de l’AGEG, parti politique de la députée Berthelot, au PS.

Guyane – Le parc: Maurice Pindard s’était exprimé lors de son passage sur Guyane première, puis le Conseil coutumier des populations amérindiennes et businenge du parc lui avait emboité le pas en s’exprimant sur les médias à propos de leur avis défavorable au projet de charte de ce Parc.

Pour ceux et celles qui n’ont pas pu suivre votre intervention télévisée, rappelez-nous votre position concernant le parc amazonien ?

La création de ce parc dit national sur 40% de notre territoire a été refusée par courrier par le grand Man Aluku Joachin et le gran Man WayanaAmaipoti. Ils suggéraient aux autorités françaises de placer le parc sur les hauteurs des Tumukhumak. Pour contourner ces autorités coutumières les missionnaires du Parc ont fait un chantage aux équipements auprès des mairies des communes concernées. Ces communes ont accepté et c’est ainsi que Parc s’est installé en Guyane après avoir été refusé pendant plus de 10 ans. Les élus des conseils régional et départemental n’ont pas repris la position du MDES qui préconisait d’en faire un parc régional géré par la Guyane. C’est un état dans l’état, c’est une entité organisée depuis la France qui nomme le directeur ! C’est une nouvelle version du territoire de l’Inini qui permet d’instaurer des mesures particulières dans près de la moitié de notre pays. Je suis absolument contre ! Il faut que les communes se retirent de cette imposture et que les conseils général et régional aient le courage de délibérer dans le sens de la suppression de cette zone sous contrôle spécial

Guyane – Le parc: Pouvez-vous nous expliquer « le Parc » pour « les Nuls » ?

Sous des prétextes de biodiversité, afin de faire bonne figure devant les autres puissances de la planète au sommet de Rio sur les changements climatiques en 1992, la France, son président, décide, sans concertation avec les guyanais, de créer un vaste parc national dans notre pays. Les élus présents, Castor, Karam et les autres font semblant d’être d’accord alors qu’ils ne connaissent pas le contenu du projet.

Plus tard les avis seront plus réservés, mais ce sont surtout les organisations patriotiques, notamment le MDES, qui feront campagne contre ce projet de mise sous cloche de millions d’hectares dans les zones les plus riches en minerais de Guyane.

Guyane – Le parc: Quel avenir pour ce  projet et celui des habitants qui vivent dans le parc ?

Pour faire passer la pilule les missionnaires du parc ont inventé deux grandes zones dans le parc. Le cœur où aucune activité n’est autorisée et la zone de libre adhésion où sont tolérées quelques activités.

Un récent article sur les parcs nationaux en France met en cause ceux-ci car ils entrent en conflit avec les populations qui y vivent, en France même !!

En Guyane quelle valeur a un parc naturel dans lequel on tolère l’orpaillage clandestin qui signifie pillage des richesses, pollution des rivières et insécurité pour les populations ?

Le parc instaure des restrictions sur la pèche, la chasse, la cueillette, bref les activités traditionnelles.

Guyane – Le parc: Qu’est ce qu’il y a de bon pour la Guyane dans ce projet ?

Les esprits bien-pensant et « bien élevés », promotionnant la mentalité d’esclave, chercheront et trouveront, bien sûr, quelque chose de bon dans ce Parc. C’est normal, il y a toujours du bon dans du mauvais ! Les missionnaires du parc insistent sur les emplois créés, les équipements aux communes, la protection des espèces végétales etc.

La question doit être posée différemment. Pouvions-nous protéger la nature, créer des emplois et équiper les communes par des dispositifs différents ? Bien sûr !

Sans avoir besoin de créer une zone d’exception dans 40% du pays ? Bien sûr !

Sans geler les zones aurifères ? Bien sûr !

Sans restreindre l’activité traditionnelle ? bien sûr !

Le Parc, comme je l’ai dit plus haut, est un prétexte pour un contrôle renforcé de notre pays.

Il doit être rejeté en bloc

Guyane – Le congrès: Maurice Pindard est ce que le congrès est entré dans les choses concrètes ce mardi 19 décembre ?

Comme je l’avais annoncé dans l’émission de TV, ce congrès n’a servi à rien. Chacun y est allé de sa déclaration. Il n’y a même pas eu de vote. Le président du Conseil Régional a voulu faire « son » congrès avant la fin de l’année 2012. C’est une manœuvre politicienne avant qu’il ne perde la main pendant 6 mois, puisque  de janvier à Juin 2013 c’est le président du conseil général qui préside et convoque le congrès.

Guyane – Le congrès: Quel travail reste à faire ?

Il y a des questions techniques sur notamment le regroupement des services et la ventilation du personnel de la nouvelle collectivité. Il y a des questions financières dont une partie des réponses est ici, la fiscalité, et une autre est en France, le montant des dotations.

Il faudra que la collectivité passe son temps à demander des dérogations à la loi française, des habilitations.

Il faut espérer que la population de Guyane comprenne assez vite la nécessité de franchir une autre étape dans le changement statutaire de notre pays

 Guyane – Politique : Faut-il obligatoirement prêter allégeance à un parti politique français pour se faire comprendre de son peuple ?

Avez-vous une idée sur l’allégeance faite au PS par l’AGEG ?

Il y a parfois des gestes politiques qui vous laissent songeur… comment peut-on être dans deux partis politiques à la fois ? Car c’est cette possibilité qui est donnée aux militants de l’AGEG de pouvoir pendre une deuxième carte au PS français.

D’autre part, comment est-il possible que les jeunes responsables politiques ne s’informent pas de l’histoire politique de leur pays, notamment en matière  de relation avec les partis politiques et syndicats français…

Catayé a quitté la SFIO, parti français, pour créer le PSG , Parti Socialiste Guyanais, en 1956. Les travailleurs de Guyane ferment l’UD-CGT, Union Départementale CGT et créent en 65 l’Union de Travailleurs Guyanais (UTG). Les gaulliste guyanais ont même crée le RPGR, local.

La création du PS français en Guyane résulte d’un accord trompeur passé entre ce parti et le PSG pour implanter, à Kourou, une section du PS, pour les  expatriés de la Base spatiale. C’était un accord d’essence colonialiste. Les dirigeants du PSG ont renié Catayé en acceptant. Le PS s’est empressé de s’implanter carrément sur tout le territoire.

Les dirigeants de l’AGEG font la même erreur avec un relent opportuniste supplémentaire en relation avec leur représentation en France (leur député) et avec les élections à venir.

Propos recueillis par JOAN Gilles.

Réagir

Post a Comment

Your email is never published or shared. Required fields are marked *

  1.