Un blog pour quoi faire ?

Après 20 années de secrétariat général au MDES, j’ai l’opportunité de pouvoir exprimer un point de vue personnel relativement pertinent sur le monde, notamment sur notre pays la Guyane. la suite...

Facebook

Les pompiers de Guyane rallumeront-ils le feu?

26 août 2012 de Idéal Guyane
Pompiers de Guyane

Il y a quelques jours, Emmanuel Walls,  donnait sa réponse à la demande de moyen du Centre d’Incendie et de Sécurité  de la Guyane. Pour le ministre de l’intérieur,  la Guyane possède déjà beaucoup trop de moyens…Si Sarkozy avait promis sans rien faire, François  Hollande qui avait été soutenu par la Gauche Guyanaise  est clair, « yé pé ké gen annyen ».

1) Maurice Pindard êtes-vous surpris par cette réponse faite aux sapeurs pompiers de Guyane ?

L’équipement complet, y compris d’un hélicoptère, des pompiers n’est pas un luxe, il s’agit de sécurité publique. Leur revendication  a été formulée à plusieurs reprises. Ils ont fait des actions pour alerter l’opinion publique et les autorités.  En visite, l’ancien président a fait une promesse pour calmer les esprits. Ils font tous ça ! Tous ! D’ailleurs, les travailleurs en grève se disent toujours vigilants afin de vérifier si les paroles seront suivies d’actes.

Le ministre de l’intérieur Valls, socialiste aux affaires, n’est plus en campagne électorale. Confronté à la crise, il gère des deniers public français dans l’intérêt de la France, quoi de plus normal ?

Quant à l’actuel président, de gauche, rien ne l’oblige à promettre, et vraiment, un hélicoptère pour quelques pompiers …

2) Comment expliquer le peu de réactions de la part  de ceux et celles qui ont tout donné au PS en Guyane ?

C’est un phénomène que nous avons plusieurs fois vérifié. Quand la gauche française est au pouvoir, la gauche guyanaise la soutien, soit activement, soit en se taisant. De plus, sur ce dossier particulier, l’ensemble des élus avaient soutenu la revendication des pompiers, alors devant le nombre de dossiers en souffrance nos représentants  sont « fatigués » de  réagir sur tout.

3) Est-ce que nos collectivités doivent encore fois une se substituer à l’état français pour palier à ce manque de moyen?

Il y a deux écoles. Ceux qui pensent qu’il faut se cantonner aux compétences définies par la loi française  et ceux qui choisissent de contourner la loi pour améliorer les conditions de vie de leur concitoyens. Moi, je crois, que concernant les secteurs sensibles comme l’emploi, l’école, la santé, la sécurité, l’immigration, la nourriture etc., il faut que les élus de Guyane inventent des procédés et dénichent des moyens d’aider leur peuple tout en dénonçant publiquement les méfaits de l’état français colonisateur. Il s’agit de refuser l’assistanat et la prétendue fatalité de notre sort. Il s’agit de commencer à prendre l’habitude de faire différemment, en dehors du cadre et des normes fixées depuis Paris et Bruxelles.

4) Si, sans le souhaiter, un accident aggravé par le manque de moyen de nos pompiers survenait dans le pays, que conseillerez-vous comme procédure? 

Cela dépend du secteur et de la gravité. Je me souviens de la catastrophe de Cabassou et des tensions qu’il y avait entre d’une part les acteurs locaux et d’autre part la préfecture et la DDE. Rien n’empêche d’imaginer une cellule de crise mixte conseil général conseil régional, avec une ligne budgétaire. Cellule qui pourrait prendre la décision d’acheminer les secours sur place, affréter un aéronef avec médecin et infirmiers, privés ou bénévoles, au nom des principes de santé publique et de précaution.

Propos recueillis par JOAN Gilles


Réagir

Post a Comment

Your email is never published or shared. Required fields are marked *

  1.