Un blog pour quoi faire ?

Après 20 années de secrétariat général au MDES, j’ai l’opportunité de pouvoir exprimer un point de vue personnel relativement pertinent sur le monde, notamment sur notre pays la Guyane. la suite...

Facebook

Lagwyann ka mouri.

6 août 2012 de Idéal Guyane
Drapeau Guyane

Depuis bien longtemps notre pays la Guyane est victime de pillages, d’agressions,  d’exploitations, de rackets en tout genre. Les derniers événements survenus sur les régions d’Aprouague-Kaw et de Maripasoula nous interpellent légitimement.

Que faire ? Qui doit faire ? Comment faire ? Avec qui ? Beaucoup de questions. Alors nous avons entamé la discussion avec Maurice Pindard.

La situation d’insécurité que nous vivons actuellement en relation avec notre patrimoine, était-elle prévisible ? Pourquoi maintenant ?

La  situation était non seulement prévisible mais annoncée. Les bateaux de pêche illégaux sont très nombreux, leur équipage est agressif. Dans la forêt cela fait longtemps que les armes parlent. Le gouvernement français avoue 400 chantiers « d’orpaillage »  illégaux ! Alors que sur la mer, les fleuves ou dans la forêt,  la haute technologie de la base européenne de Kourou, la couverture en satellites permet aux autorités maritimes et terrestres françaises de savoir quelle embarcation ou quelle mine d’or se situe dans quelle zone ! L’accumulation des faits impunis encourage la hardiesse des illégaux et il n’est pas impossible que les affaires dans la forêt soient liées aux affaires sur la mer et les fleuves.

Les promesses de moyens supplémentaires pour assurer la surveillance, par le président français actuel et les promesses non tenues de l’ancien suffiront-elles à venir à bout du problème ?

Il suffit de prendre l’exemple de l’orpaillage pour prévoir que cela ne suffira pas. Les autorités françaises sont parfaitement au courant de la situation, elles réagissent au coup par coup, volontairement. La France préfère une situation relativement instable qui lui permet de toujours jouer le rôle du sauveur indispensable, tout en empêchant le développement du pays.

Que devraient faire les élus guyanais siégeant dans les institutions de la France et qu’ils ne font pas?

Je serai tenté de paraphraser Léon Damas : « et je leur dirai MERDE en gros caractère » ! Nos élus acceptent de jouer le jeu. Or les français en changent les règles quand ça les arrangent. Nos richesses halieutiques et aurifères sont pillées, nos populations sont agressées physiquement. Nos élus continuent de jouer le jeu. Personne n’ose sortir du cadre de la loi que « l’amère » patrie leur impose. Or, la France peut-elle nous aimer plus que nous-mêmes ?

Maurice Pindard que craignez-vous dans l’évolution de la situation dangereuse que vit le pays ?

La situation va se normaliser après les opérations coup de poing du gouvernement français. Mais nos relations avec nos voisins vont se détériorer encore  et le recours à « Papa Paris » sera renforcé dans les consciences et les faits, comme si nous serions incapables de régler nos questions de voisinage seuls. Le président du conseil régional avait dit en 2010 que nous n’étions pas prêts à « défendre nos intérêts propres », maintenant il demande des dérogations, des habilitations, des lois adaptées, une maitrise locale dans plusieurs domaine, bref, l’article 74 !!

En attendant les professionnels agressés se défendront, légitimement…

Propos recueillis par JOAN Gilles.

Réagir

Post a Comment

Your email is never published or shared. Required fields are marked *

  1.