Un blog pour quoi faire ?

Après 20 années de secrétariat général au MDES, j’ai l’opportunité de pouvoir exprimer un point de vue personnel relativement pertinent sur le monde, notamment sur notre pays la Guyane. la suite...

Facebook

Guyane: Législatives 2012.

17 juin 2012 de Idéal Guyane
La Guyane dans notre coeur

Maurice Pindard et Armand Achille étaient les représentants du mouvement anticolonialiste guyanais au premier tour des  élections législatives du samedi 9 juin 2012 sur la deuxième circonscription. Ils n’obtiendront pas les suffrages nécessaires donnant accès au second tour.                                                                                                                                                                                                                          Nous avons rencontré Maurice PINDARD.

 1)      Maurice Pindard dîtes-nous tout d’abord  comment s’est déroulée votre campagne sur le terrain. Etait-elle différente rapport aux autres combats que vous avez déjà menée?

La campagne s’est déroulée normalement. Avec des moyens assez modestes nous avons sillonné la circonscription. Elle n’était pas différente par rapport aux autres campagnes électorales.

2)      Quels enseignements, quel bilan  retirez-vous de ce premier tour dans la seconde et la première circonscription où Fabien Canavy, favori sur le papier n’a pas su ou pas pu concrétiser ?

Le MDES a fait un mauvais choix. Compte tenu de nos forces militantes et de nos moyens financiers nous aurions dû faire le choix de la prudence et nous cantonner à la circonscription de l’Est. Les résultats nous montrent que cela aurait été difficile, mais au moins nous aurions concentré nos ressources humaines et matérielles dans un seul combat.

Dans la première circonscription Fabien Canavy arrive en troisième position et ne peut donc pas participer au deuxième tour. Dans la circonscription de l’Ouest nous arrivons dernier, ces élections sont un échec pour le MDES .

3)      Avez-vous des raisons d’être satisfait de ces résultats ?

 Nous ne pouvons pas être satisfaits par rapport aux ambitions que nous avions.

4)      Comment interprétez-vous ce fort taux d’abstention lors de cette élection ?

Nous vivons dans un système qui cultive l’assistanat et l’irresponsabilité. Les politiciens traditionnels gèrent le quotidien sans ambition pour le pays. Tout semble venir de l’extérieur, notamment de l’Europe et de la France. Les élections n’ont pas suscité l’espoir.

5)      Comment s’annonce l’avenir pour le MDES ?

 J’ai eu l’occasion d’écrire qu’avec le VIIIème congrès des 20 ans du MDES, les changements réussis inaugurent un autre commencement. Cependant nous avons agi surtout sur le cadre, sur la forme. Il nous faut adapter le fond à la forme. C’est à ce mouvement là que nous devons nous atteler. Une fois réalisé ces réglages, je pense que l’avenir sera meilleur pour le MDES.

Propos recueillis par JOAN Gilles.

Réagir

Post a Comment

Your email is never published or shared. Required fields are marked *

  1.