Un blog pour quoi faire ?

Après 20 années de secrétariat général au MDES, j’ai l’opportunité de pouvoir exprimer un point de vue personnel relativement pertinent sur le monde, notamment sur notre pays la Guyane. la suite...

Facebook

Elections législatives: Les réactions.

4 juin 2012 de Idéal Guyane
Maurice PINDARD

Depuis quelques jours les candidats des deux circonscriptions de notre pays se présentent face au peuple dans le cadre des élections législatives. Plusieurs nominations et coups de théâtre se sont déjà produits. Maurice Pindard réagit à plusieurs d’entre eux.

Tout d’abord Maurice Pindard votre réaction à la nomination de Chrisitiane TAUBIRA comme N°3 du gouvernement de François HOLLANDE ?

 Pour elle-même c’est formidable, c’est une marche de plus dans sa carrière à un niveau inespéré. Pour la Guyane c’est un coup de projecteur énorme, c’est comme une opération de  promotion à l’échelle du monde. Cela montre la capacité de notre pays à produire des personnages de haut niveau malgré notre faible nombre.

Cette nomination pose cependant deux questions : quelle marge de manœuvres sera laissée à Mme Taubira dans ce ministère qu’en principe elle dirige ? Quelles retombées réelles pour la Guyane ?

Je rappelle que sur les questions d’émancipation de notre peuple et de notre pays, la gauche et la droite française ont la même doctrine. Les évènements de 1997 à 2003 nous l’ont encore démontré.

Un retrait de la bataille politique de Rodolphe ALEXANDRE de Guyane 73 qui abandonne du même coup  l’UMP,  que pensez-vous de l’attitude de l’ami de Sarkozy ?

 Il a senti tourner le vent avec la victoire de Hollande dans toute la Guyane sauf Camopi et Papaïchton. Il a fait le calcul des voix que pourrait récolter son candidat à l’élection législative, c’était Mme Patient qui était pressentie. Il aurait pu lui-même se lancer dans l’arène, mais affronter Mme Taubira si elle s’était présentée ou Fabien Canavy dans la première circonscription ce n’était pas gagné d’avance. En fait, il a préféré ne pas risquer  un échec probable afin de se préserver pour la collectivité unique de 2014.

Léon BERTRAND, candidat dans la deuxième circonscription, qui rend son verdict dans l’affaire de la CCOG, pour lequel il avait séjourné  quelques temps à la prison de Ducos en Martinique, à la place de la justice. Que dire ? 

On pourrait se demander quels sont les conseilleurs de monsieur Bertrand. Il aurait pu faire le calcul comme son ex-ami Alexandre. Il aurait pu alors peser le pour et le contre de sa candidature à cette élection. A moins qu’il ne cherche désespérément à échapper au verdict de son prochain procès par une éventuelle immunité parlementaire si, «bien baigné », il arrivait à être élu.

Monsieur Bertrand a cherché à mystifier les électeurs en leur faisant croire que son « cas » avait été réglé. Il a toujours sa carte d’identité, il a le droit de se présenter à une élection et la faute qu’il aurait commise est minime, comme un dirigeant d’association qui aurait mal présenté ses comptes, ou aurait oublié une virgule.

C’est un menteur qui a l’air sincère. La vérité est qu’il est mis en examen pour des faits de corruptions, l’enquête a révélé des histoires d’enveloppes de 10 000 euros qui circulaient sous la table, une personne a disparu, et c’est lui, Léon Bertrand, le principal protagoniste, qui a fait plusieurs mois à l’ombre en Martinique et qui doit, comme les autres prévenus, pointer à la gendarmerie !

Ce n’est pas une mince affaire et, concernant un personnage politique de sa dimension, ancien député et ministre, il aurait dû respecter le code moral en vigueur. Par respect pour les électeurs, pour des raisons de morale et d’éthique il n’aurait jamais dû se présenter à une élection de cette envergure tant que son procès n’a pas eu lieu et tant qu’il n’est pas « blanchi ».

Sa candidature est une faute morale.

De plus, ayant mal jugé l’évolution de l’électorat, il risque de perdre «  ni chyen, ni sosouflèt » !

Propos recueillis par JOAN Gilles

Réagir

Post a Comment

Your email is never published or shared. Required fields are marked *

  1.