Un blog pour quoi faire ?

Après 20 années de secrétariat général au MDES, j’ai l’opportunité de pouvoir exprimer un point de vue personnel relativement pertinent sur le monde, notamment sur notre pays la Guyane. la suite...

Facebook

La Guyane rend honneur à Léon-Gontran DAMAS.

3 avril 2012 de Idéal Guyane
Damas31

Pour commémorer le centenaire de la naissance de Léon-Gontran DAMAS (1912-2012), petits et grands Guyanais s’étaient mis en quatre pour l’occasion.
Cet écrivain, poète Guyanais qui est l’un des pères de la Négritude était aussi un homme politique.

1) Maurice PINDARD peut-on dire aujourd’hui qu’il a retrouvé la place qu’il méritait, dans le cœur de ses compatriotes Guyanais et Guyanaises?

Je pense qu’il n’aura sa place que lorsque l’enseignement de sa vie et ses œuvres seront obligatoires dans les programmes scolaires et universitaires. D’autre part, les noms de lieux, les monuments devraient contribuer aussi à lui donner la stature qu’il mérite en tant que père cofondateur de la Négritude, comme Césaire et Senghor, écrivain guyanais de la décolonisation et « indigné » avant la lettre.

2) Pourquoi a-t-il fallu tant de luttes, tant d’années pour qu’il soit reconnu chez lui?

La poésie et la prose de Damas sont crues, virulentes et sans concession envers les thèses européocentristes et le colonialisme. Son action politique en Guyane le situe sur un terrain d’opposition à la Doctrine d’assimilation des autorités françaises. Le fait qu’il ait beaucoup travaillé à l’extérieur du pays n’a pas aidé à sa reconnaissance. Réhabiliter Damas consiste à réhabiliter un rebelle à l’ordre colonial et l’on doit remercier les actions militantes des associations qui depuis 30 ans se sont battues et se battent pour la mémoire de ce grand homme guyanais.

3) Que doivent faire les guyanais et guyanaises pour faire fructifier le patrimoine laissé par DAMAS?

Je crois que le plus facile et le plus porteur c’est de déclamer du Damas à toutes les sauces, lecture, poésie, slam, rap, chansons, et tous autres moyens artistiques. Nos étudiants pourraient le revisiter en en faisant un sujet de thèse dans différents champs disciplinaires. Au niveau politique, il serait intéressant de faire connaitre au grand public ses prises de positions souvent avant-gardistes. Le travail de l’association des amis de Léon Damas et de Krakémanto est à souligner.

4) Que doit-t-on retenir du politicien DAMAS?

Dans un entretien en 1977, un an avant sa mort, il indique qu’il a dénoncé avec un peu d’avance la départementalisation de la Guyane, plus précisément le système colonial, l’assimilation par l’éducation et la dépersonnalisation. Il confie que les conséquences du message qu’il diffuse dans ses œuvres devaient être la libération du continent africain, l’émancipation des peuples colonisés et la naissance de l’ère du dialogue et de la compréhension mutuelle de valeurs et civilisations différentes. C’était un anticolonialiste et un humaniste en avance par rapport à d’autres hommes politiques de son époque, en Guyane.

5) Il y a-t-il dans la vie de DAMAS une date, une action qui ne vous laisse pas insensible?

Il a le même parcours que ses amis Césaire et Senghor, il publie des poèmes, d’autres œuvres littéraires et il fait de la politique quand il devient député de la Guyane de 1948 à 1951 après avoir fondé avec René Jadfard le parti politique « Mouvement de la Renaissance Guyanaise » et le journal « temps nouveau ». Mais si l’on observe bien, ce qui frappe c’est sa précocité et sa démarcation. C’est lui le premier qui va lancer un autre style de poésie « Nègre » et les deux autres vont le suivre ; enfin, lui, Damas, il sera contre la départementalisation de la Guyane, à l’inverse de Césaire pour la Martinique en 1946.

Propos recueillis par JOAN Gilles

Réagir

Post a Comment

Your email is never published or shared. Required fields are marked *

  1.