Un blog pour quoi faire ?

Après 20 années de secrétariat général au MDES, j’ai l’opportunité de pouvoir exprimer un point de vue personnel relativement pertinent sur le monde, notamment sur notre pays la Guyane. la suite...

Facebook

Le temps passé sur la Terre

26 mars 2012 de Maurice Pindard
statue-barbabdes

Au regard de l’âge de notre système solaire et de notre planète la Terre, l’homme apparait tardivement, il n’y pas si longtemps.
La durée de vie d’un être humain est en moyenne de 80-90ans. Dans certains pays il y a pas mal de centenaires, mais ils sont quand même l’exception. Disons 100 ans, soit un siècle, par rapport aux 2000 ans après Jésus Christ et les 50 000 qui se sont écoulés depuis l’apparition de l’Homme, c’est peu, c’est ridicule.
Notre vie à chacun pèse bien peu dans l’aventure humaine.

Certains hommes naissent dans des zones de conflits, guerre et mortalité violentes. D’autres apparaissent dans des endroits où sévissent les catastrophes naturelles, volcans, tremblements de terre, cyclones, tsunami. Leurs vies sont éphémères et soumises au feu des hommes ou aux caprices de la Terre.
D’autres ont plus de chance, ils s’organisent dans des espaces qui leur laissent un espace pour diriger leur existence.
Alors, pendant le court laps de temps qu’ils passent, dans les régions du monde où la vie à un sens, qu’y font-ils ?

Sous un autre angle, considérons le fait qu’un homme et une femme se sont unis et nous ont mis sur terre, sans qu’aucun de nous ne l’ai demandé.
Ils nous ont positionnés en tant que maillon de la chaine de vie, héritiers de nos parents et ascendants de nos héritiers.
Ils nous ont plongé dans le temps irréversible d’une société humaine précise. Et en plus de la « fatalité » familiale de la généalogie ils nous ont mis acteur et consommateur de notre environnement social, culturel économique et politique.

Il est vrai que pour des raisons essentiellement socioéconomiques, une partie des habitants des zones moins exposées sont contraints de subir la politique du pays ou de la région alors que d’autres, selon leur époque, ont fait des choix de vie et de société.Depuis que l’homme est entré dans l’Histoire, de plus en plus nombreux sont ceux qui, grâce au développement multiforme de la société, à l’éducation et à l’expérience, comprennent qu’ils ont un rôle à jouer dans leur vie tant familiale que sociale.
Pour ceux-ci, leur conscience est actuellement à l’échelle de la planète. Les conflits internationaux, les interpénétrations diverses entre pays, les déséquilibres, les enjeux, la vie de la planète elle-même les obligent à concevoir et à entrevoir leur existence à la dimension de Notre Terre.
Alors le temps passé devient de plus en plus précieux ; les projets et actions pèsent de plus en plus.

Nous, guyanais, placés dans la société guyanaise par nos parents sans notre consentement, à l’époque moderne planétaire, dans un pays épargné par les grandes guerres et les gros cataclysmes, quelle conscience avons-nous ? Quel est notre rôle, au plan individuel et familial, au plan de la société ?
Un grand révolutionnaire a dit que la vie des uns n’avait pas le même poids que la vie des autres.
Quel est le poids de notre vie à chacun, quelle place nous occupons et, parce qu’ en tant qu’Homme, merveille de la nature doté de qualités exceptionnelles parmi les êtres vivants, quel sens devons-nous lui donner à notre vie, puisque nous avons la capacité matérielle (pays Guyane) et naturelle (Homme moderne) d’exprimer un choix.
Car à la question existentielle : « j’existe donc je vais mourir et je le sais », s’ajoute maintenant une seconde : « j’existe donc je choisis ou je subis et je le sais »
Certes, il est possible de renoncer à notre capacité d’initiative. Mais il doit être clair qu’il s’agit à ce moment-là d’un renoncement. Renoncement coupable face au don de vie que nous ont fait nos parents et à la responsabilité imparable que nous avons envers nos descendants.
Choisir ou renoncer pendant le temps passé sur terre, sur la terre de Guyane…

Maurice PINDARD

Réagir

Post a Comment

Your email is never published or shared. Required fields are marked *

  1.