Un blog pour quoi faire ?

Après 20 années de secrétariat général au MDES, j’ai l’opportunité de pouvoir exprimer un point de vue personnel relativement pertinent sur le monde, notamment sur notre pays la Guyane. la suite...

Facebook

Vérités ou mensonges de nos élus politiques.

13 novembre 2015 de Idéal Guyane
205

Lors des différents débats sur les ondes des médias du “péyi » nous entendons nos « élites » politiques nous asséner des vérités comme jamais. L’objectif étant bien sûr de séduire en vue de la CTG. Quelle est la part du bluff, du mensonge et de la désinformation. Sont-ils sincères, ce qu’ils disent ne serait-ce pas de la démagogie ?

Idéal Guyane : Commençons tout d’abord par Léon Bertrand, le Maire de St Laurent du Maroni, qui nous sert aujourd’hui un discours offensif contre l’état français et pousse jusqu’à inviter les candidats à faire une liste unique pour faire gagner La Guyane. Il se proclame pour cela défenseur de « sa », de « mes » populations et attend que les uns et les autres viennent se prosterner et lui présenter leur programme !

Maurice Pindard : Quelques points d’histoire tout de même :
Léon Bertrand était le représentant de la droite en Guyane. Député, Maire, puis Ministre, Chiraquien fidèle. En tant que tel, il se positionne par rapport aux événements successifs du pays.

En Novembre 1996, alors que les lycéens et la population défilent dans les rues pour réclamer un Rectorat il disait publiquement que la France n’avait pas d’argent pour répondre favorablement à leur demande.

En 1997, alors que 12 manifestants dont 4 militants politiques (y compris Fabien Canavy !) sont interpellés et incarcérés en Martinique et en Guadeloupe, il s’adresse à la presse et déclare qu’il était sur le balcon de la Région à Cayenne, qu’il a vu de ses yeux les militants en question et que ce sont des terroristes.

Tout le monde sait que finalement le procès de ces 12 personnes s’est terminé par un non-lieu et qu’elles ont même bénéficié d’un dédommagement symbolique !!

En 2001, ce que l’on appelait La Délégation Guyanaise, composée des principales forces politiques de gauche, de socioprofessionnels, de syndicats et d’associations populaires, s’ouvre aux partis de droite, notamment le RPR de Léon Bertrand. Un séminaire à lieu à Saint-Laurent du Maroni . La délégation complétée adopte un document politique qui succède au « Pacte de Développement » et que l’on appelle  » Projet d’accord sur l’avenir de la Guyane ».

Cette délégation reprend les négociations avec le gouvernement français et projette un Congrès des élus en 2003 pou adopter les 5 résolutions finales du projet.

Le même jour, à la même heure, Léon Bertrand convoque les élus de droite à une réunion , à part, à l’hôtel Amazonia de Cayenne.

Le Congrès valide donc les propositions, à la majorité, en l’absence des élus de droite. Conformément à la loi, le Conseil Régional se réunit et valide lui aussi. Tout le monde attend la réunion du Conseil Général qui devrait voter dans le même sens. Coup de théâtre, Bertrand « retourne » Amayota ! Cet élu du conseil général qui était « de gauche » suit les consignes de « la droite ».
Finalement à une voix près, les 5 résolutions sont rejetées par le conseil général.
Ce qui permettra à la ministre Girardin de refuser d’organiser la consultation populaire de Décembre 2003 en Guyane.
Interrogé après sur les ondes radios officielles, Léon Bertrand dira : » je me suis infiltré dans le processus pour le torpiller de l’intérieur  » !!!!!……..!!!!!!!

En janvier 2010, à la veille de la consultation portant sur la nouvelle collectivité, article 73 ou 74, Léon Bertrand est libéré après 3 mois de prison en Martinique pour des affaires de corruption. Il dénonce à demi-mots son lynchage par les Sarkozytes en compétition contre les Chiraquiens pour les présidentielles françaises. Il aurait été victime d’un complot. On attend alors qu’il se démarque de ses bourreaux ! Ou qu’il se taise, quant à la consultation ! En fin de compte, il ne donnera aucune consigne officielle mais fera campagne activement pour le 73 ! Il dira plus tard qu’il était obligé « d’avaler la couleuvre » !!

Depuis, ayant échoué aux dernières législatives, n’étant « plus que » maire, ayant été « traîné dans le ruisseau » par ses soi-disant amis de droite, il commence à tenir un discours de démarcation avec le pouvoir français. Il demande des dérogations, il dénonce le désengagement de l’état, il évoque les spécificités de la Guyane et de l’Ouest. Il reçoit à la mairie le Comité du Drapeau Guyanais et leur tient le discours suivant : » Avant je pensais que nous pouvions être comme le chien de maison, attaché et ventre plein. Maintenant nous avons le ventre vide et nous sommes toujours attachés »
On entend dire qu’il s’écarte de ses amis de la droite guyanaise, qu’il se démarque du 73iste président du Conseil Régional et qu’il se rapproche de Tien Liong président du conseil général étiqueté à gauche !
Enfin, refusant de se prononcer pour l’un ou l’autre des candidats à la l’élection de la Collectivité Territoriale de Guyane, il fait une conférence sur la place du marche de St Laurent et demande à « sa » population d’attendre « ses » consignes qu’il donnera le 6 novembre après avoir rencontré les différents candidats qu’il appelle publiquement à venir le rencontrer à St Laurent.

Idéal Guyane : Après ce rappel historique nécessaire pour mieux comprendre le personnage, comment analyser le comportement et les propos du maire de St Laurent.

Maurice Pindard : La première chose à dire c’est que sa situation de maire pendant 30 ans n’est pas bonne pour la démocratie. Petit à petit il s’est transformé en roitelet et une bonne partie des habitants de la ville se comporte comme si ils sont ses sujets. Comme-ci St Laurent était un royaume. Il faut noter que plusieurs communautés de cette région élisent ou nomment des chefs de villages ou des chefs coutumiers, à vie, selon la coutume. Il se produit donc un transfert, dans la tête des uns et des autres, y compris dans celle de Bertand, ce qui conduit tout le monde ( disons une bonne partie) à faire comme-ci le maire était un chef coutumier élu à vie ( un petit roi, un roitelet) et que les Saint-Laurentais lui doivent respet, obeissance et renouvellement de mandat de maire à chaque élection ….
Le maire se comporte donc comme  » le roi de l’ouest » et il commande à « sa » population d’attendre « ses » consignes de vote !!! Du n’importe quoi !! en plein XXIème siècle !!

Allons plus loin.
De 1996 à 2010, il s’est comporté comme un fidèle des plus fidéles amis de la mère Patrie et s’oppose au progrès guyanais. Il collabore avec le pouvoir, fait de la délation, désigne des manifestants comme terroristes. Il sabote le processus de prise de responsabilité guyanaise et s’en vante publiquement. Il fait campagne contre l’article 74 qui aurait permis une petite évolution.

Il faut donc qualifier son comportement et ses propos. Il s’est comporté en traitre à son pays la Guyane.

Alors quand, depuis 4 ans il radicalise son discours, comment le croire ?? Quand il se dit proche de toutes les tendances politiques , de la droite à la gauche, comment le croire ?? quand il réclame une liste commune de toutes les sensibilités guyanaises pour la CTG comment le croire, lui qui a saboté le processus précédent ????

La prudence et l’analyse objective de son parcours doit nous inciter à attendre ses actes et à ne pas croire à ses discours.

Idéal Guyane : Que dire de l’attitude des élus, lors des discutions avec les grévistes d’EDF, qui semblaient approuver leurs dénonciations concernant la vétusté des installations électiques en Guyane ?

Maurice Pindard : Depuis 2007 les syndicalistes d’EDF ont alerté les élus dans un congrès. Vetusté du réseau, nécéssité d’investissements, refus d’EDF d’assurer sa mission de service public dans l’intérieur, etc. Le problème c’est que les dirigeants de la Guyane n’ont jamais entamé de discussion avec EDF, ne lui ont pas fait de propositions, ont négligé la situation. Ils sont donc en partie responsable du pourrissement de la situation. Ils ont donc un comportement hypocrite quand ils semblent découvir l’ampleur du problème et font de l’opportunisme en apportant leur soutien aux grévistes.

Idéal Guyane : Que pensez-vous de la multiplication des conflits sociaux aujourdhui ?

Maurice Pindard : Celà veut dire qu’il est temps de changer de gouvernance !! et dans un premier temps élire une nouvelle équipe aux commandes de la Guyane. Vont-ils faire mieux ? Ils ne feront pas pire que les forces politiques traditionnelles qui tiennent les rênes du pouvoir local depuis 40 ans !!

Idéal Guyane : Rodolphe Alexandre souhaiterait bénéficier des compétences sur les ressources minières pour la nouvelle collectivité CTG ?

Maurice Pindard : Nous avons déjà évoqué le discours actuel du président du Conseil Régional qui dénonce les blocages du statut actuel de la Guyane et demande à la France des dérogations alors que c’est lui-même qui a trompé l’électorat en lui faisant croire qu’il valait mieux rester dans le régime de l’assimilation de l’article 73 ! En bref, il met le feu et après il appelle les pompiers !! Ce qui est totalement irresponsable. On ne joue pas avec l’avenir d’un peuple dans le seul but d’être au pouvoir. (rappelons qu’il avait été adoubé par sarkozy).

Comme le maire de St Laurent, il est pris dans un mouvement qu’il a lui-même contribué à conforter. 20 ans au PSG, à la direction, en tant qu’idéologue, élus à la mairie de Cayenne PSG et chef de Service à la Région tenue par le PSG !! Dans un système où chacun tient l’autre, ou ce qui compte c’est de rester au pouvoir et de ne pas mécontenter l’électorat. Il est devenu un produit de cette machinerie. Un élu qui peut dire tout et son contraire, sans sourciller, sans scrupule. Je suis un homme de gauche mais je vote Sarkozy. C’est bien le 74 qui nous convient mais nous ne sommes pas prêts . Puis tout de suite après, une fois élu :  » le 73 ne convient pas il nous faut des habilitations et penser au 74″. Je fais allégeance à la France mais je vante la « nation guyanaise ».
Je peux utiliser tous les moyens public pour ma campagne électorale. Je peux mentir publiquement ( il a été condamné pour diffamation), je fais le maximum d’apparitions publiques , tout doit être fait pour ma réélection, c’est le motif essentiel de mon existance politique !!!

Alors il demande des habilitations sur le minier alors qu’il a refusé l’article 74 qui défendait «  les intérêts propres  » de la Guyane. Demain, selon l’air du temps, il pourra demander n’importe qu’elle habilitations sans se soucier des prolongements de sa demande.

Là aussi, l’analyse objective doit nous pousser à ne pas croire ce que dit Rodolphe Alexandre et à se méfier de ses actes.
Quant à son bilan concernant la situtation du pays !!! mieux vaut l’écarter du pouvoir local afin de permettre à la Guyane de sortir du système clientelliste intauré par les forces politiques traditionnelles et qui produit, au fil des reconduites au pouvoir, ce type d’élu quasiment « malade » de la politicaillerie.

Dernière minute : Maurice pindard que pensez vous du rapprochement annoncé entre léon Bertrand et Alain Tien Liong ? Ils figureraient sur la même sur sa liste !!

Dans le droit fil de ce que j’ai dit plus haut, comment croire en la sincérité du maire de St Laurent !! Il serait maintenant plus proche de l’actuel président du Conseil Général, ancien porte parole du KPNDL ( Komité Pou Nou Démaré Lagwiyann) ? Komité qui était le principal acteur des évènements de 1998-2003 qu’il a « torpillé de l’intérieur » ? Plus proche que de sa propre famille politique de la droite française et guyanaise !! quels sont ses calculs ?? Que vise-t-il ?? A-t-il pris conscience de ses fautes envers son peuple ? Veut-t-il se racheter ?? est-il en train de se repentir ?? A l’occasion d’élections !! Difficile à avaler … Nous en saurons davantage dans les semaines à venir. »

Propos recueillis par Idéal Guyane.

Réagir

Post a Comment

Your email is never published or shared. Required fields are marked *

  1.