Un blog pour quoi faire ?

Après 20 années de secrétariat général au MDES, j’ai l’opportunité de pouvoir exprimer un point de vue personnel relativement pertinent sur le monde, notamment sur notre pays la Guyane. la suite...

Facebook

Elections sur le plateau des Guyanes

25 juin 2015 de Maurice Pindard
Les plateaux de Guyane

Juste à côté de nous, le Surinam et le Guyana renouvellent leur classe politique à l’occasion d’élection, en attendant que nous puissions aussi, en Guyane, devenir un état et décider de notre avenir.

Idéal Guyane : Pour commencer, à l’inverse du Guyana il semble que le Surinam s’oriente vers la continuité ?
Maurice Pindard : Effectivement, le nouveau président du Guyana est David Granger, il en devient le 9ème. Dans cette ancienne colonie britannique qui accède à l’indépendance en 1966, l’élection de David Granger tourne une page politique de ce pays. L’ancien président Donald Ramotar était membre du PPP (People’s Progressive Party) qui dirigeait le pays depuis 1992, soit 23 ans. Quant au rival historique, le PNC ( People’s National Congress), il a rejoint une coalition APNU (A Partnership for a National Unity) à laquelle appartient le nouveau président. Elle est censée mettre fin aux divisions inter communautaires très fortes dans le pays.
Pour le Surinam, les résultats du vote laissent prévoir un deuxième mandat de Desi Bouterse leader du NDP ( National Democratisch Partj). Les attaques des médias occidentaux n’ont pas tardé….. Jusqu’à Martinique 1ère qui annonçait que « l’élection se jouait entre un ancien commissaire et un ancien trafiquant de drogue » !!
Les ambitions de Rony Brunswijk dont le parti arrive en troisième position devront être revues à la baisse, cependant, il pourrait négocier des postes au gouvernement avec le NDP qui bien que majoritaire à l’Assemblée Nationale ( 26 ou 27 députés sur 51) devra obtenir deux-tiers des votes des députés pour accéder à la fonction présidentielle. A moins que celui-ci ne s’allie à quelques partis de la coalition V7 arrivée deuxième. Ce regroupement est composé de 7 formations politiques dont le VHP ( Vooruitstrevende Hervormingspartij, parti progressiste réformiste). Son leader est, Chan Santokhi, un opposant à Bouterse bien connu chez nos voisin d’Outre Maroni.
La coalition aurait obtenu 17 sièges au parlement. Certaines composantes pourraient rejoindre Bouterse pour l’élection à la présidence.
Si la tendance se confirme, la politique au Surinam pour les 5 années à venir sera effectivement une continuité.

Idéal Guyane : Quels sont les grands points dans le programme du nouveau président du Guyana qui lui ont permis de faire la différence lors de son élection face à ses adversaires ?

M.P :David Granger a fait campagne sur l’unité raciale et politique de son pays. D’autres thèmes forts ont été aussi la lutte contre la corruption, le népotisme, le trafic de drogue et de personnes.
Il faut dire que le dernier mandat de Donald Damotar a été mouvementé. En effet l’opposition avait une courte majorité au parlement et bloquait certains des projets de la majorité. Ce qui conduit le président à dissoudre l’assemblé nationale et à convoquer de nouvelles élections, n’ayant pas eu le vote de confiance des députés. Le PPP au pouvoir voulait une politique non raciale et socialiste. Il était en fait surtout supporté par la forte communauté hindoustanie du Guyana.
Il faut dire aussi que la victoire de Granger est courte, environ 5000 voix sur un total d’exprimés d’environ 400 000 ! De plus, aux élections de 2011, c’est Ramotar qui avait battu Granger. C’est donc une sorte de revanche, avec un effet de lassitude et de besoin d’alternance des électeurs. Effet d’usure du pouvoir du PPP. Situation économique difficile, chômage, éducation, jeunesse, qui frappe surtout la population urbaine à majorité afro descendante alors que les fermiers et industriels qui arrivent à émerger en commune est principalement Hindoustanie.
Le nouveau président promet que les revenus des richesses naturelles bauxite, or et agricoles, riz, sucre seront redistribuées plus équitablement.
La question de l’unité raciale a été aussi un slogan du PPP qui d’ailleurs avait fait une coalition avec d’autres forces regroupant des afro descendants dont était issu Sam Hinds, premier ministre depuis la présidence de Cheddi Jagan en 1992 jusqu’en 2015 avec Ramotar.
De même, pour afficher l’unité raciale du pays, Granger aura comme premier ministre un Indo Guyanien: Moses Nagamootoo.

On oublie souvent que le Guyana compte 740 000 habitants sur un territoire de plus de 200 000 Km2 soit la grandeur de l’Angleterre et de l’Écosse réunies !!
Issu d’un parti politique dont les orientations internationales ne sont pas clairement définies, des questions se posent quant à la continuité des liens du Guyana avec l’AlBA ( Alliance Bolivarienne pour les Amériques), notamment le programme Petro caribe, orchestrée par le Venezuela avec lequel un contentieux territorial sérieux persiste. Quelle politique mènera David Granger par rapport aux USA,, au dollar Américain ou pour l’Intégration Sud américaine du Guyana. Nous en saurons davantage dans les mois à venir.
J’insiste enfin sur l’affaire délicate entre le Guyana et le Venezuela concernant le contesté territorial qui porte quand même sur 159 000 Km2 soit 60 % du pays, à l’ouest du grand fleuve Essequibo.  ! et qui s’étend à la zone exclusive maritime dans laquelle prospectent les deux pays à la recherche de pétrole !

Idéal Guyane : Lorsque nous voyons les longues files d’attente des touristes guyanais à la douane de Saint Laurent pour se rendre au Surinam, peut on dire qu’il y a eu un changement avec Desi Bouterse leader du NDP et que son élection est méritée ?

M.P : Je pense qu’il continuera à prendre des mesures pour le développement et le rayonnement du Surinam. Tout le monde constate les avancées au niveau économique et touristique. C’est un peu pour cela que nos compatriotes se pressent à la frontière ouest. Le chantier du social ne devra pas être en reste parce que la jeunesse, les salariés, ont des revendications encore non satisfaites. Pendant la campagne électorale le président a annoncé un loi permettant à chaque surinamien d’accéder à un lopin de terre pour construire sa maison ; les électeurs, les familles modestes en attendent la promulgation. Je ne pourrai pas parler d’élection méritée. Il a fournit des arguments concrets que la population surinamiene reconnaît en majorité. Du point de vue culturel, il affirme la dignité, l’unité et l’indépendance de son peuple. Mais il faut que tout le pays ressente les retombées du développement, notamment l’intérieur et la partie est , frontière avec la Guyane.

Idéal Guyane : Quels sont les intérêts pour la Guyane de s’intéresser à la politique de ces deux pays frères ?

M.P :Ce sont les territoires d’Amérique du sud qui ressemblent le plus à la Guyane, tant du point de vue de l’histoire, de la géographie, de la démographie et de la politique. La seule différence est que la Guyane n’a pas encore accédé à l’indépendance alors que dès 66 pour le Guyana et 75 pour le Surinam c’est chose faite. L’intérêt pour les guyanais est qu’il réussissent à dé-diaboliser la question de l’autonomie et de l’indépendance de nos pays et notamment du notre, dernière colonie d’Amérique du Sud avec les Malouines, en face de l’Argentine. Le Surinam et le Guyana sont des exemples très très instructif, à tous les niveaux. De plus, étant les plus proches voisins, avec les états frontaliers du Brésil, nous devons les comprendre et en faire des alliés. On ne sait jamais… « si kouri vini »* …

Idéal Guyane.

* en cas de nécessite .

Réagir

Post a Comment

Your email is never published or shared. Required fields are marked *

  1.